La pratique du yoga fait le buzz et s’installe comme une tendance claire en 2017.
Mais bien plus qu’une simple tendance, ses bienfaits sont reconnus et font l’objet de plus en plus d’études aux quatre coins du globe.
Voici un tour d’horizon des bienfaits validés par les chercheurs et par les yogis eux-mêmes.

Petit rappel sur les principaux éléments du yoga :
– Asanas : Les asanas ou postures de yoga, sont une série de mouvements conçus pour travailler la forme physique et améliorer le fonctionnement du corps.
– Respiration : Le contrôle de votre respiration est une partie importante du yoga. Votre respiration vous aide à contrôler votre corps et à calmer votre esprit.
– Méditation : Une autre dimension du yoga est la méditation. La méditation vous aide à être plus conscient, conscient du moment présent sans jugement, conscient de l’Énergie qui vous entoure et fait partie de vous.


Des bienfaits dès la première séance

1. RÉDUIT LE STRESS

Le yoga a la capacité à centrer et concentrer l’esprit, réduisant ainsi beaucoup de stress.
Une étude publiée dans The West Indian Medical Journal a examiné le rôle du yoga dans la réduction du stress : « L’état de l’esprit et celle du corps sont intimement liés. Si l’esprit est détendu, les muscles du corps seront assouplis. Le stress produit un état de tension physique et mentale. Dans le yoga, les postures physiques et des exercices de respiration aide à la force musculaire, la souplesse, la circulation sanguine et l’absorption d’oxygène ainsi que la fonction hormonale. De plus, la relaxation induite par la méditation aide à stabiliser le système nerveux ».
En étant dans le moment présent, vous vous libérez du stress, vous ne pensez pas à votre prochain rendez-vous client, votre boîte mail à trier, et toutes les autres choses “todo” de la journée.

2. AMÉLIORE LES FONCTIONS COGNITIVES 

20 minutes seulement de yoga – et vos fonctions cognitives, votre concentration et votre mémoire sont améliorées !
C’est la promesse vérifiée par le Journal of Physical of Health. Le contexte : des tests intellectuels après un cours de yoga ou pas.
« Il semble que, après la pratique du yoga, les participants étaient mieux en mesure de concentrer leurs ressources mentales, traiter l’information rapidement, plus précisément et aussi apprendre, conserver et mettre à jour des éléments d’information plus efficacement ».

Conseil du matin : Si vous vous sentez pressée ou anxieuse le matin, mettez votre réveil 30 minutes plus tôt et déroulez votre tapis. Cela calmera votre esprit et vous aidera à commencer votre journée sous un angle positif.
Débuter votre matinée avec une séquence de yoga vous permettra d’être plus concentrée pour le reste de votre journée.


Après quelques semaines / mois de pratique régulière

3. AMÉLIORE LA SOUPLESSE, L’ÉQUILIBRE ET LA MOBILITÉ 

Une étude de 2016 publiée dans le Journal International du Yoga a montré que la pratique régulière du yoga peut améliorer la souplesse, l’équilibre et même certaines mesures de la performance chez les athlètes. (3)
Après 10 semaines de pratique du yoga, les mesures de souplesse et d’équilibre se sont significativement améliorées. Les postures de yoga connues pour en bénéficier comprennent notamment : le chien tête en bas, la posture de la pince (flexion avant), les torsions, les fentes et les postures qui amènent les genoux vers la poitrine. Le Yoga est également l’une des pratiques pour améliorer le fonctionnement du muscle psoas (muscle fléchisseur de la hanche). Vous gagnerez donc en mobilité et en santé émotive (le corps, siège de nos émotions!)

4. RÉDUIT L’ANXIÉTÉ 

Si le yoga réduit l’anxiété c’est parce qu’il influe sur les niveaux de GABA de notre cerveau. GABA est l’abréviation de l’acide γ-aminobutyrique, parfois appelé neurotransmetteur «chill out» de notre corps. Ces neurotransmetteurs GABA produisent un effet calmant semblable à celui de l’alcool (sans les effets secondaires nocifs! – Et, bien sûr, les effets calmants de l’alcool ne sont que temporaires, l’anxiété augmente souvent une fois que le buzz s’efface).
12 semaines de yoga suffisent à réduire l’anxiété et à augmenter les niveaux de l’acide γ-aminobutyrique (GABA) dans le cerveau (4).
Des niveaux trop bas de GABA sont liés à la dépression et aux troubles de l’anxiété.
Don’t panic & do yoga !

5. AMÉLIORE LA QUALITÉ DU SOMMEIL 

Comment bien se réveiller et être en forme toute la journée si vous ne dormez pas bien ?
Le sommeil est la clé pour une meilleure qualité de vie. Le yoga entraîne un effet positif sur le nombre d’heures total, les troubles du sommeil et insomnies (en seulement 4 à 8 semaines)(5). Et pour un effet plus immédiat, effectuez votre séance (en cours collectif ou à la maison) le soir, avant le coucher ou avant un dîner léger.


Les autres bienfaits (la liste est longue!) :

– Meilleure estime de soi
– Un moyen de détoxifier son corps
– Améliore la digestion
– Réduit les risques cardiovasculaires
– Améliore la circulation sanguine
– Soutient une bonne posture du dos
– Soulage les maux de dos, de nuque, des articulations
– Développe & renforce la force physique
– Renforce le système immunitaire

Le yoga amène des bienfaits tant physiques que mentaux ou émotionnels. C’est aussi pour cela qu’il existe différents style de yoga, adaptés et adaptables à chaque personne.
Le matin est un excellent moment pour pratiquer, mais d’autres moments de la journée sont aussi bénéfiques. RDV sur le tapis !

1. “The Acute Effects of Yoga on Executive Function”, Journal of Physical Activity & Health (2012)
www.academia.edu/3145421/The_Acute_Effects_of_Yoga_on_Executive_Function
2. Role of yoga in stress management, The West Indian Medical Journal (2004)
www.europepmc.org/abstract/med/15352751
3. Impact of 10-weeks of yoga practice on flexibility and balance of college athletes
Int J Yoga. (2016)
www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26865768
4. New study finds new connection between yoga and mood
Boston University Medical Center (2010)
www.sciencedaily.com/releases/2010/08/100819112124.htm
5. Treatment of chronic insomnia with yoga: a preliminary study with sleep-wake diaries.
Appl Psychophysiol Biofeedback (2004)
www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15707256